L'épopée de Gilgamesh & Enkidu


Vous etes arrivé par un moteur de recherche et il vous manque la barre de menu? Alors cliquez ici pour accéder à l'intégralité d'Anciennegypte
 

Le Mythe et la situation de base

Le mythe de Gilgamesh et d'Enkidu (ou Enkidou) se retrouve à différentes époques de l'histoire Mésopotamienne: tout d'abord à Sumer, puis à Babylone (18ème et 17ème siècles av. JC) et enfin pendant les Assyriens où la bibliothèque d'Assurbanipal à Ninive (7ème siècle av. JC) livra des versions intéressantes. Des tablettes d'argile en cunéiforme datant de ces différentes époques nous relatent ce mythe.

L'histoire commence à Uruk, capitale de Sumer où règne le géant Gilgamesh qui est d'origine divine. Il a en effet dans ses veines un sang aux deux tiers celui d'un dieu. Mais cela ne l'empêche pas d'être sans pitié envers ses sujets. Son appétit gastronomique n'a d'égal que son appétit sexuel et son peuple ne peut plus vivre avec un roi si turbulent.

Les dieux constatant l'état d'esprit de Gilgamesh vont tenter de le remettre dans le droit chemin. Pour cela le dieu Assuru va créer Enkidou, un colosse digne du roi d'Uruk. Mais il vient à la vie en pleine nature et en passe la première partie au milieu des bêtes sauvages qui le considèrent comme l'un des leurs. Mais vient le moment où il doit accomplir son rôle. A cette fin, une courtisane d'Uruk lui enseigne le plaisir, dans le mythe il semble que cela amène Enkidu à l'humanité. Les bêtes ne le reconnaissent plus et le fuient.

Au même moment Gilgamesh aperçoit dans ses songes le géant créé pour le combattre. Quand Enkidu rentre dans Uruk, le roi va à sa rencontre. Ce dernier le provoque en l'invitant à l'une de ses orgies ce qui révolte Enkidu. Le combat s'engage à main nues entre les deux hommes antagonistes mais il s'avère qu'ils sont de force égale. Mais ils finissent par arrêter la lutte: chacun a reconnu en l'autre son égal et de là nait une amitié qui durera toute leur vie. Ainsi Enkidou vit quelque temps dans le palais de Gilgamesh d'Uruk.

Gilgamesh combatant le taureau

L'épopée des deux héros

Mais rapidement, les deux protagonistes du récit sont las de la ville. Gilgamesh aimerait laisser son nom à la postérité et Enkidu est nostalgique de sa vie à l'état de nature. Ils décident ainsi d'aller dans la forêt des cèdres où habite le monstreux Huwawa (ou Humbaba). Gilgamesh consulte les deux assemblées de la cité qui composent le gouvernement de la ville Sumérienne et se dirige vers le temple pour s'octroyer la protection du dieu Shamash. Après s'être fait forger des armes à leurs mesures, les deux héros s'en vont vers la forêt des cèdres.

La version Sumérienne précise que Gilgamesh et Enkidou étaient accompagnés d'une troupe de cinquante compagnons. Ils arrivent enfin à la forêt des Cèdres où ils combattent et tuent Humbaba et ramènent les cèdres interdits. Dans une version du mythe, le dieu Shamash leur vient en aide et met à terre le monstre en déclenchant un ouragan.

Humbaba

Ils reviennent couverts de gloire à Uruk. La déesse Innana (ou Ishtar à Babylonne) fait des propositions à Gilgamesh mais celui-ci connait sa réputation envers les hommes et l'humilie en la rejetant. Furieuse elle oblige le dieu Anu, en le menaçant de libérer les morts sur terre, à lacher le taureau céleste sur Uruk.

Gilgamesh et Enkidou après un combat épique font mordre la poussière à l'encorné d'Anu. De plus selon certains, Gilgamesh pousse l'humiliation jusqu'à frapper Innana de la patte du taureau vaincu.

C'est trop pour les dieux qui voient les héros se couvrir de gloire grâce à leur double exploit. Ils se vengent sur Enkidu car le roi d'Uruk a une partie divine. Enkidu voit en rêve les dieu Anu (ou Anou), Bél, Ea et Shamash décider de sa mort. Une maladie inexplicable l'emporte ensuite dans les douze jours.

dieu Anu

 

Gilgamesh et la mort

Gilgamesh est anéanti par la mort de son ami. Après avoir aperçu un court instant Enkidu des enfers lui relatant son après vie, il prend la résolution d'obtenir l'immortalité par tous les moyens. Il sait qu'un homme est arrivé à ce but: Utanapishtim (aussi appellé Ziusudra) qui vit à l'autre bout du monde. Pour le rejoindre il affronte toutes sortes d'épreuves et traverse notamment les eaux des morts. Après son long périple, il arrive à la demeure de l'immortel qui nous fait le récit de la plus ancienne version du déluge que nous connaissons.

Mais l'immortalité est un don des dieux et il ne peut satisfaire la demande du roi d'Uruk. Cependant devant sa déception, il lui indique où pousse la plante de la jeunesse. Gilgamesh la cueille mais se la fait voler par un serpent. Nous avons ici un symbole qui explique la mue du serpent où ce dernier semble retrouver sa jeunesse en perdant son ancienne peau.

Le roi revient bredouille à Uruk mais ses épreuves ainsi que l'amitié d'Enkidu l'auront métamorphosé. Ce n'est plus le tyran d'autrefois, il sera revenu plus sage de ses voyages et aura compris que chaque homme doit finir par accepter sa mort. Quand la sienne propre lui ouvrira les bras et qu'il passera en enfer, les dieux en feront un juge des âmes dans le monde des morts.


retour en haut de page